Prêt immobilier et sa réglementation

Bannière 728x90


La réglementation du crédit hypothécaire fait partie d'une volonté politique de permettre au plus grand nombre de personnes d'accéder à la propriété.

L'hypothèque est réglementée en trois séries de textes. D'une part, l'hypothèque est un contrat de prêt d'argent, d'où le droit d'emprunt habituel prévu aux articles 1905 à 1914 du Code civil. Il fait également partie du Code monétaire et financier puisqu'il traite de la répartition des prêts, des prêts ou du taux d'intérêt légal.

Plus important encore, l’hypothèque est régie par les articles L312-1 à L312-36 du Code de la consommation et les articles L313-1 à L313-16 de la même loi, qui traitent des dispositions régissant le crédit à la consommation, les hypothèques et le crédit. Articles R312-1 à R313-10 de la Loi sur la protection du consommateur.

Les articles du code de conduite constituent un droit qui déroge au droit coutumier du prêt. Si ce droit spécial n'est pas applicable, alors le droit coutumier doit être utilisé.

En l'absence d'une définition légale, on peut dire que le contrat de prêt hypothécaire est un contrat synallagique conclu entre un prêteur et un emprunteur dans le but de financer l'achat ou la construction d'un bâtiment.

Cet accord de prêt, s’il entre dans le champ d’application des articles L312-1 et suivants du Code de la consommation, est un contrat formel qui crée des obligations partiellement statutaires.

Ici, l’émergence de prêts immobiliers et le contentieux des prêts immobiliers sont pris en compte.

I La formation de prêts hypothécaires:

La disposition relative à l’hypothèque a pour objectif d’alerter l’emprunteur sur l’ampleur de son implication.

  • Le design de la publicité pour l'hypothèque:

Premièrement, le texte couvre toutes les publicités, quel que soit le support, dès leur réception ou leur prise en charge en France.

La Cour de cassation a donc conclu que (Cass Crim, 12 novembre 1986: Bull Crim 1986, n ° 861), "une publicité au sens de Loi du 27 décembre 1973tout type d'informations destinées à permettre à un client potentiel de se faire une opinion sur les résultats que l'on peut attendre des biens ou des services proposés».

En d'autres termes, quel que soit le support publicitaire.

De même, la publicité doit être un prêt immobilier au sens de l'article L312-4 du code de la consommation pour que ces dispositions soient applicables.

Selon une interprétation détaillée de cet article, la Cour de cassation considère que ces dispositions concernent non seulement les contrats de crédit immobilier eux-mêmes, mais également toute publicité impliquant l’utilisation de crédits.

De plus, la qualité de l'annonceur n'a pas d'importance: il peut s'agir d'une institution financière, mais également d'un promoteur.

Particulier, entrepreneur ou artisan (Min.Rep., 40837: JOAN Q, 9 mars 1981, 1030),

  • Le contenu du message publicitaire:

Selon l'article L. 312-4 du code de la consommation, toute publicité faite, reçue ou collectée en France et se rapportant à l'une des activités susmentionnées, quel que soit son support, doit contenir:

– l'identité du prêteur,

– le type de prêt

– l'objet du prêt.

Si l'annonce contient un ou plusieurs numéros, la durée de la transaction proposée ainsi que le coût total et le taux d'intérêt total effectif du prêt doivent également être indiqués. (Cass Crim, 4 juillet) 1990: Bull. C. Cass., 1er décembre 1990, n ° 139)

L'annonceur qui ne respecte pas les règles en matière de publicité se verra infliger une amende. (C. Consommation Article L. 312-32), Le paragraphe 2 du même article fait référence aux dispositions relatives à la publicité trompeuse concernant la procédure et aux sanctions supplémentaires

II- Rappelant certaines règles concernant les litiges liés aux prêts hypothécaires:

  • La juridiction du tribunal:

Les législateurs n'ont pas établi leur compétence, comme ils l'ont fait pour le crédit à la consommation (Cass de 1 re civ, 23 novembre 2004: JurisData n ° 2004-025793)

En conséquence, les règles du droit de procédure civile s’appliquent. La juridiction compétente pour les litiges découlant d'une relation hypothécaire dépend donc du montant en litige.

  • À propos du délai de prescription:

Contrairement au crédit à la consommation, les prêts immobiliers n’utilisent pas de préfixe temporel.

La qualification du prêt sera d'autant plus importante lorsqu'il s'agira de déterminer si le recours doit être formé dans le délai prévu à l'article L. 311-37 du code de la consommation.

Le délai de prescription dans le domaine du crédit hypothécaire suit donc les règles du droit coutumier.

Toutes les mesures relatives au crédit hypothécaire sont donc soumises à une période de cinq ans, à moins que des règles plus courtes ne soient adoptées.

Joan DRAY
Avocat à la cour
joanadray@gmail.com

76/78 rue Saint-Lazare

75009 PARIS

tel: 09.54.92.33.53